L’histoire de l’association dans la vision d’une éducation populaire a conduit l’association à mener des activités de découverte du patrimoine naturel local, de par la forte demande et le succès dans ce domaine, nous souhaitons pérenniser cet axe en fonction de nos moyens.

 

                                      Samedi 25 juillet 2015 sortie Plateau des ramées à Lans en Vercors

Descriptif :

Distance : 10.6 km en boucle

Durée : 3h30 heures

Dénivelé : 500 mètres

Altitude : 1901 mètres

Difficulté : 2/3

 

Un énorme bol d’air pur, dépaysement garanti !
Les garçons étaient minoritaires cette fois-ci, et oui deux garçons pour six filles, l'âge scolaire, c’est à mon avis plus simple pour se rendre compte, du CP à la troisième.
Ils ont crapahuté fermes, parole de Jean Christophe des vrais chamois ! Avec bien entendu dès que c’était nécessaire des petites poses pour s’hydrater et manger des barres céréales.
Les plus petits n’étaient pas en reste, les plus vieux n’ont plus, enfin tout le monde quoi, durée approximative de la randonnée trois heures.
Au moment de passer devant les abreuvoirs, Jean Christophe a donné beaucoup d’informations très intéressantes aux enfants sur les bergers et ses moutons mais aussi sur  le gros chien de protection Patou, si vous approchez trop prêt des moutons, il peut penser que vous venez les agresser, nous dit-il !
D’ailleurs des panneaux explicatifs sont là pour vous le rappelez.
Ces chiens ont besoin de vous identifier. S’ils vous approchent, continuez à contourner le troupeau où arrêtez-vous. Pour votre sécurité, adoptez un comportement calme ».
Petites cueillettes de framboises et comment reconnaitre un insecte, modèle en plastique à l’appui.
Ensuite, à l’écoute des fourmis, là encore, promesse tenue (voir photos) tous en mode docteurs avec les stéthoscopes, explication : c’est tellement original que l’on pourrait penser à un canular, écouter les fourmis, comment me direz-vous ?
Le mouvement des innombrables pattes de charpentières dans une structure crée un léger bruit de cliquetis. Ce bruit devient plus évident si on l'écoute avec un stéthoscope (utile comme outil de détection). Lorsqu'on frappe la surface suspecte, l'activité des insectes augmente, car les fourmis sont sensibles aux vibrations.
Mais aussi, les enfants devaient reconnaitre les fossiles et ensuite les mettre sur les photos correspondantes, pas si évident.
Petite explication sur la différence entre les sauterelles et les criquets.
Noter la paire d'antennes et les trois paires de pattes caractéristiques communes des insectes

Les criquets ont les antennes plus courtes que leur corps alors que les sauterelles ont des antennes plus longues que leur corps. C’est aussi simple que cela. Par ailleurs, les criquets sont toujours

« Végétariens » et mangent de l’herbe et d’autres plantes alors que les sauterelles sont plutôt omnivores (elles mangent de tout) et parfois de véritables carnivores qui attaquent d’autres insectes.

Casse croute collectif bien mérités, Jean Christophe est partit voir à un endroit qu’il connait bien en espérant nous ramener une vipère ou une couleuvre, il est revenu bredouille température trop fraiche ce jour, nous n’avons malheureusement pas aperçu, ni chamois, ni aigle, etc… dommage, mais l’habitat naturel ce n’est pas un zoo., puis départ vers le belvédère et passage sur les pierres percées.

Vu imprenable sur Grenoble et notre quartier Îles de Mars Olympiades, Jean Christophe nous avait dit que suivant l’angle de vue nous pourrions peut-être apercevoir le banc Adounia, chose promise chose du, nous l’avons aperçu grâce à la longue vue montée sur le trépied, waouh ! (Photo a l'appui)
Nous avons vu aussi un funambule (même pas peur, enfin lui, par nous)
Passage devant la cabane des Ramées (1620M)
Et retour au parking.

Explication voir site http://ete.lansenvercors.com/randonnees-balades-sentiers-vercors.html

S’étalant de 894 m à 1966 m, les richesses naturelles très variées du village constituent un attrait particulier : les gorges de la rivière du Bruyant, la vaste zone humide du Val de Lans, les forêts des Allières, les alpages des Ramées, les zones d’éboulis et de falaises du Col de l'Arc, puis les crêtes avec le Pic St Michel, Le Grand Cheval. 
 Les paysages, la faune et la flore sont très changeants selon ces diverses altitudes. On peut rencontrer des espèces emblématiques de la montagne comme la Marmotte, le Chamois et l’Aigle Royal, mais aussi des espèces moins connues du grand public, à découvrir et à observer comme le Tichodrome Echelette, petit oiseau présent sur les falaises, le Tétras Lyre (emblème du parc du vercors) ou encore de grands ongulés sauvages que l’homme avait fait disparaître du Vercors comme le Bouquetin des Alpes. 
Côté flore,  des champs de trolles, gentianes, campanules ou lis martagons constituent de véritables tableaux floraux. A noter ! une soixantaine d’espèces d'orchidées : toutes protégées, il est donc interdit de les cueillir, dont le célèbre Sabot de Vénus. La présence de troupeaux de vaches et de brebis sur les magnifiques alpages des Ramées et des Allières est une volonté à l’heure où ces espaces diminuent, et constituent un véritable attrait pour les balades en famille. 

Sommet emblématique de la partie nord du Vercors, le Moucherotte est l’un des belvédères offrant les plus belles perspectives sur la cuvette grenobloise. Son ascension depuis le stade de neige de Lans offre des vues superbes sur la plaine de Lans et les crêtes de la Molière.